Acheter

De lave et de sève

ecompil.fr
fnacmusic.com

[D'autres produits]

Analyses des textes par des fans

Canada Coast
Paroles : Gallagher, Musique : Billy Livsey (éditions Rondor Music LTD)
Auteur(e) de l'analyse : Khéloudja

photo 1 photo 2 photo 3

Canada Coast est une ballade américaine un peu romanesque et fleur bleue qui sied tout à fait à la tessiture de la voix d'Elsa Lunghini. Cette chanson très méconnue du public en France figure dans l'album Everyday, l'édition anglophone de Chaque jour est un long chemin. L'artiste avait par ailleurs saisi l'occasion de l'interpréter avec succès lors de son passage à l'Européen en 2005. Il s'agit de l'histoire d'une femme qui fera loin de chez elle une rencontre amoureuse, tant attendue, et retrouvera ainsi d'une certaine façon l'espoir de vivre (driven by dreams and endless hope… somewhere out there... someone will know and answer her prayers).

Les paroles intégrales à l'écoute ou une fois traduites peuvent paraître globalement plutôt tristes voire larmoyantes : une veuve mélancolique, à la fois très fatiguée et volontaire, qui se sent bien seule et semble avoir beaucoup perdu. Le rythme légèrement soutenu de la musique folk atténue cependant un peu cette perception de chagrin. Elsa nous chante avec conviction la vie de cette femme inquiète, priant et décidant alors de quitter l'est du Canada et de douloureux souvenirs pour y trouver un futur meilleur en ville sur la côte ouest du pays - non loin de la très belle île de Vancouver - avec ses deux enfants à élever. Elle y fera une rencontre déterminante à ce moment de son existence avec un homme originaire de Calgary. Un voyageur un peu paumé lui aussi qui, elle s'en doute alors, ne restera en effet malheureusement pas à ses côtés mais lui donnera au-delà de son départ ce dont elle a alors le plus besoin, de l'espoir apporté par des sentiments amoureux (...she gave her heart ... and hoped in her heart it was love without end).

Cette chanson un brin nostalgique mais finalement optimiste donne envie de voyager, semble nous dire que rien n'est jamais totalement désespérant. C'est certainement une ode à l'amour, à la vie aventureuse ici parfois rude (imagée par le vent et la pluie), à ses bouleversements, aux paysages avoisinants magnifiques de l'ouest canadien, et cela particulièrement par l'intermédiaire de la description de la mer (... and she watched the wind blow and the waves just like tears flow and flow on the Canada coast). Il y a en effet beaucoup de métaphores, suggérées notamment dans le refrain du texte de ce titre à l'époque pas tout à fait définie, se rapportant aux éléments marins comme un symbole de force et de fragilité et invitant au dépaysement. L'eau, les vagues (de mélancolie aussi) qui représentent et bercent les larmes de cette femme contemplative. Canada Coast va plus loin que l'évocation de rêveries sentimentales.

22 septembre 2009


Analyse précédente: Le garçon d'étage

Réactions

Pas encore de réaction à ce texte, soyez le premier à le commenter.

Réagissez à cette analyse

Tous les champs sont obligatoires.

Retour aux analyses

Le forum

Vous avez envie de discuter avec d'autres personnes appréciant Elsa? Rendez-vous sur le forum!

Capture du forum

forum
Charte du forum